NL

 

EN

 

IT

 

Quatre sites

Une histoire

Le cheminement d'une candidature

Au jour le jour

En profondeur

Unesco

Point Presse

 

 

 

Pour qu'un bien puisse figurer sur la liste du Patrimoine mondial de l'Unesco, il doit avoir une valeur universelle exceptionnelle, répondre préalablement à un certain nombre de critères et être présenté par le Gouvernement du pays dont il fait partie.

 

>> Il doit satisfaire à au moins un des dix critères de reconnaissance établis par l'Unesco [Voir les critères ICI].

 

>> Il doit également offrir un certain nombre de garanties d'authenticité et d'intégrité et faire état de mesures de gestion et de conservation satisfaisantes.

 

>> Pour pouvoir être proposé à l'inscription, un bien doit d'abord figurer sur une liste indicative établie par les Etats et mise à jour régulièrement, reprenant les biens que le pays envisage de proposer à l'inscription dans les années à venir.

 

En 2008, les Régions wallonnes et bruxelloises, compétentes pour la politique patrimoniale de leur territoire respectif, ont pris la décision de réactualiser la liste indicative du Patrimoine mondial, sur base des recommandations du Comité du Patrimoine mondial. La priorité a été donnée aux catégories peu ou pas représentées .. sur base de la stratégie globale lancée en 1994 pour une liste du patrimoine mondial équilibrée, représentative et crédible.

Les propositions étaient les suivantes : Paysage culturel des Hautes-Fagnes, Tronçon Bavay-Tongres, Chaussée romaine Boulogne-Cologne, Ensemble thermal de Spa, Palais des Princes Evêques, Le champ de Bataille de Waterloo, Le Panorama de Waterloo, Citadelles mosanes, Les sites miniers majeurs de Wallonie.
Ces propositions acceptées, le Directeur du Centre du Patrimoine est venu en octobre 2008, découvrir certains témoignages proposés. Suite à sa visite, le thème des sites miniers s'est imposé et le Ministre du Patrimoine a chargé la Région wallonne d'instruire un dossier en ce sens.

 

>> Le bien sélectionné doit ensuite être proposé à l'inscription.

 

Le 8 avril 2008, les quatre sites miniers majeurs de Wallonie ont été proposés à l'inscription sur

la Liste indicative du patrimoine mondial par le Ministre wallon du Patrimoine, sur base

des recommandations du Comité du Patrimoine mondial.

Un premier dossier de candidature a été déposé par la Wallonie en janvier 2009 à l'UNESCO, au centre du patrimoine mondial.

 

 

 

>> Le dossier est examiné par une instance dénommée ICOMOS (Conseil International des Monuments et des Sites), qui vérifie sa complétude et procède à une double analyse interne sur base de dossiers déposés et d'une expertise avec visite du site par un ou plusieurs experts désignés, assisté(s) d'experts nationaux.

 

Cette visite confiée à l'expert allemand Helmuth Albrecht, a eu lieu en octobre 2009.

 

 

 

 

 

Helmuth Albrecht

 

>> Le dossier est soumis à l'approbation du Comité du Patrimoine mondial lors de sa séance annuelle.

 

Au cours de l'été 2010, après un premier examen du dossier lors de sa 34ème séance annuelle qui s'est tenue à Brasilia du 25 juillet au 03 août, le Comité  du Patrimoine mondial a décidé de différer sa décision. Il a toutefois reconnu la pertinence de la sélection des quatre sites et la valeur universelle exceptionnelle de l'ensemble qu'ils forment.

Le comité justifiait sa décision en pointant un certain nombre de lacunes dans le dossier auxquelles il conviendrait de remédier avant le dépôt d'une nouvelle candidature [34 COM 8B.27].

Ces lacunes concernaient la propriété des biens, notamment en ce qui concerne les galeries souterraines de Blegny-Mine ; la protection de ceux-ci, certains composants n'ayant pas encore fait l'objet de classement ; les zones de protection autour des sites ; l'absence d'un plan global de conservation; l'absence de structure officielle de conservation et de coordination de la gestion.

Pour l'Unesco, les quatre sites constituent en effet un seul bien et doivent donc être considérés et gérés comme tel.

 

>> La décision ayant été différée, il appartient à l'Etat partie de déposer une nouvelle candidature.

 

En janvier 2011, un nouveau dossier de candidature [voir le dossier] qui tenait compte des recommandations formulées était déposé au Centre du Patrimoine mondial.

Des arrêtés de classement complémentaires étaient promulgués le 22 août 2011.Trois jours plus tard la Wallonie mettait en place une structure de gestion spécifique aux biens classés Unesco, le CWAPAM (Comité wallon du patrimoine mondial) et instituait pour chaque bien classé ou candidat au classement une structure tripartite constituée d'un Comité de Pilotage, d'un Comité de Gestion et d'un Comité scientifique. Pour les sites miniers majeurs, ces trois comités furent mis en place le 25 octobre 2011.

 

>> Il appartient également à l'Etat partie de déposer un plan de gestion du bien à court et à moyen terme (plus ou moins quinze années).

 

Sous la houlette de l'Administration du Patrimoine (DG04) ou de l'Institution du Patrimoine wallon (IPW), en fonction de l'évolution des tâches attribuées à l'une ou à l'autre, les sites se sont attelés à la confection d'un plan de gestion, dont une première mouture fut rédigée avant la tenue de la Session 2012 du Comité du Patrimoine mondial.

Ce plan de gestion s'articule en 3 axes complémentaires : un axe thématique, en 7 points (voir ci-dessous), un axe "moyens d'action", comprenant le budget, le personnel et les infrastructures, et un axe "mise en œuvre opérationnelle" comprenant un calendrier des actions à mettre en œuvre.

Les 7 thématiques sont :

- la gestion du patrimoine (conservation)

- la recherche scientifique

- la participation citoyenne

- la pédagogie et les actions vers la jeunesse

- la valorisation culturelle et touristique

- le marketing et la communication

- la coopération internationale.

 

>>La procédure d'analyse de la candidature par ICOMOS est de nouveau d'application.

 

Une nouvelle visite d'un expert désigné par ICOMOS, à savoir la même personne que lors de la 1ère expertise, M. Helmut Albrecht, a eu lieu fin septembre 2011. Il a pu constater les nombreux progrès accomplis tant dans la structuration de la gestion des sites que dans les actions communes mises en place.

 

>> Le dossier est à nouveau examiné par le Comité du Patrimoine mondial.

Le 1er juillet 2012 à Saint-Pétersbourg, lors de la 36ème session, le Comité du Patrimoine mondial inscrivait les quatre sites miniers majeurs de Wallonie sur la liste du Patrimoine mondial.

[Décision 36 COM 8B.38]

[Déclaration de l'ambassadrice de Belgique France Chainage]

[Communiqué de presse du Ministre Carlo Di Antonio].

36ème session à Saint-Pétersbourg

© info@cidepasbl.be

 

>> L'inscription d'un site sur la liste du Patrimoine mondial n'est pas une fin en soi. Les gestionnaires des sites et les autorités doivent travailler en permanence pour assurer la gestion, la surveillance et la préservation, et établir régulièrement des rapports sur l'état de conservation des biens et sur leur gestion. Ces derniers doivent être réalisés selon un cycle de 6 ans.

 

Le hasard a voulu que la première échéance tombe un an à peine après l'inscription. Un premier rapport périodique a donc du être établi pour le 31 juillet 2013 [Consulter le rapport périodique].

 

>> Les biens reconnus "Patrimoine mondial de l'Unesco" doivent également bénéficier dans leur pays du plus haut niveau de protection existant.

 

Pour notre région, cela équivaut à être reconnu comme Patrimoine exceptionnel de Wallonie, statut que les biens qui n'en bénéficiaient pas encore ont obtenu par un Arrêté du Gouvernement wallon du 7 février 2013.